ÊTRE UN TEXTE DE DISCOURS PAR LE PRÉSIDENT DU FORUM INTERNATIONAL DES JOURNALISTES POUR LA MIGRATION (JIFORM), AJIBOLA ABAYOMI, À LA QUATRIÈME SÉRIE DE MIGRATION VIRTUELLE ET SOMMET ÉCONOMIQUE DE JIFORM LE VENDREDI 29 MAI 2020.

CHERS COLLÈGUES,
MESDAMES ET MESSIEURS
C’est en effet un grand privilège pour moi de m’adresser à vous à cette occasion.
Permettez-moi de remercier tout d’abord le professeur Ikechukwu Kanu Anthony, recteur de Villanova Polytechnic Imesi-Ile, État d’Osun, Nigéria, pour ses efforts inlassables et son soutien au JIFORM au fil des ans.
Lui et notre bon ami, le contrôleur adjoint Sunday James, le responsable national des relations publiques du Nigeria Immigration Service et d’autres personnes étaient au premier sommet international sur les migrations organisé par JIFORM à Abuja en 2019 et ont continué à être avec nous chaque fois que nous frappons à leurs portes. .
Veuillez accepter nos appréciations.
Nous sommes allés si loin non pas par notre force mais par la grâce spéciale de Dieu et l’engagement collectif.

Il s’agit de la quatrième édition du sommet virtuel mis en place pour élargir la connaissance grossière sur la migration et d’autres questions connexes pour nos membres.
Les séances sont prévues du vendredi 29 mai au samedi 30 mai ainsi que les vendredi 5 et samedi 6 juin 2020 avec des conférenciers d’Afrique et d’ailleurs.
Dans la mesure où nous continuerons sur la voie de la recherche de connaissances, beaucoup est attendu de nous en termes de qualité de livraison dans notre reportage car à qui beaucoup donne, beaucoup est attendu.
Cependant, pour JIFORM, ce n’est qu’un début. Des dispositions sont déjà en place pour déplacer le sommet autour du globe dès que la courbe de Covid-19 sera aplatie.
Cela dit, il est impératif pour moi d’attirer l’attention sur l’essence de cette conférence intitulée Migration: Remedies for Covid-19 and the economy.
Pendant des mois, Covid-19 a largement affecté le mode de vie mondial, même les soi-disant extrémistes et extrémistes religieux ont été contraints de changer de terrain en raison de leurs croyances et positions chères.
L’environnement médiatique n’a pas fait exception à la règle, car les journaux, la radio, la télévision, les médias en ligne et autres ajustent leurs dépenses. Il ne faut pas nous dire que les temps difficiles nous attendent.
C’est un fait incontestable que le monde développé et le monde sous-développé sont maintenant à la même échelle compte tenu des événements actuels.
Ce faisant, nous devons rejoindre le reste du monde pour prendre position sur le virus corona déchaîné. C’est soit nous vivons pour combattre et conquérir le Covid-19, soit nous nous rendons à la peur et laissons la pandémie faire son chemin.
La première option semble être la voie à suivre. Nous devons à l’unanimité prendre la résolution de mettre de côté la peur et de vaincre la maladie redoutée pour que nous ayons l’assurance d’un avenir meilleur.
Par conséquent, si cela doit être fait, les nations doivent mettre leurs bouchons de réflexion et chercher des remèdes pour combattre la maladie et la situation économique mondiale en déclin.
Le nombre de personnes infectées à travers le monde s’élève déjà à des millions tandis que le taux de mortalité augmente quotidiennement. Nous devons être dérangés et chercher des solutions.
Sans préjuger de la position de certains de nos intervenants, je tiens à dire sans aucune contradiction que nous, les Africains en particulier, nous sommes laissés imprégner des palliatifs du monde occidental et avons abandonné la nécessité d’investir dans des capacités locales de santé. et l’infrastructure pendant des années.
Par conséquent, nous sommes là où nous en sommes, mais il n’est pas trop tard pour se rattraper et faire le nécessaire.
Le défi posé par le remède à base de plantes pour Covid-19 de Madagascar à la théorie avancée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) selon laquelle la maladie n’a pas de remède vaut la peine d’être testé.
Au moins, la nation a des preuves du nombre de récupérations des victimes infectées.
Je dois dire à la jonction que, compte tenu du nombre croissant de décès occasionnés par le Covid-19, il est logique que les nations abandonnent l’idée d’attendre le vaccin miracle et adoptent des procédures de santé approfondies soutenues par des contenus locaux avec des solutions scientifiques éprouvées, le cas échéant. aux adaptations dans différents territoires.
Grâce à la décision de certains pays de faciliter progressivement le verrouillage et de reprendre une vie normale. C’est la voie à suivre pour sauver ensemble l’économie.
À l’origine de cette pandémie se trouve la migration qui n’a pas été correctement gérée lorsque la maladie a éclaté à Wuhan, en Chine, au cours du dernier trimestre de 2019.
Bien qu’il ne soit pas nécessaire de continuer à échanger des mots pour savoir si le Covid-19 est une forme d’arme biochimique lancée sur le globe par la Chine pour des raisons encore à déterminer, nous devons concentrer nos énergies sur la recherche de solutions.
Permettez-moi de laisser le reste aux conférenciers invités alors que nous attendons avec impatience une autre rencontre digne avec eux pour nous améliorer.

Merci pour votre attention..

One Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *